Construire seconde main, c’est prendre l’économie circulaire comme une opportunité, pour concevoir mieux en récupérant les éléments issus de la déconstruction, à coût environnemental minimum. Cette semaine ENAC initiait à ces concepts par la pratique.

Pourquoi jeter si l’on peut récupérer ? Pourquoi refabriquer si l’on peut réutiliser ? Pourquoi détruire si l’on peut déconstruire et reconstruire ? Face au gaspillage croissant des ressources limitées de notre planète, la construction seconde-main n’est plus une utopie mais une nécessité. A nous de la transformer en opportunité pour mieux concevoir.

Concrètement, cette semaine proposait à chaque groupe d’étudiants de concevoir et construire un équipement d’intérieur (table de travail) pour les bureaux du smart living lab (EPFL) situés sur le site de l’ancienne brasserie Cardinal à Fribourg, et ce, à partir d’éléments récupérés de chantiers de déconstruction et/ou de chantiers de construction locaux. A l’opposé d’une approche habituelle de recyclage par transformation de matière, l’accent était porté sur la valorisation des qualités mécaniques et fonctionnelles intrinsèques à chaque élément récupéré. Construire du neuf, utile et robuste, avec un coût économique et écologique minimal.

La semaine était ponctuée de conférences sur l’économie circulaire, de la théorie générale aux cas d’études dans le domaine de la construction. Un séminaire de trois fois une heure introduisait les concepts de l’analyse du cycle de vie. Un jury extérieur a commenté les résultats produits à la fin de la semaine.